29 août 2022
Temps de lecture : 5 minutes

Depuis le mois de juillet 2022, selon la nouvelle réglementation adoptée par la Commission européenne, le système d'adaptation intelligente de la vitesse (AIV) sera obligatoire sur tout nouveau modèle de véhicule (voitures, poids lourds et utilitaires) vendu dans l'UE. Ce système est diablement efficace car son rôle est d'influer sur la vitesse du véhicule si ce dernier dépasse la limite de vitesse sur route.


Comment fonctionne l’AIV ?

Le système peut limiter directement les "performances" de la voiture qui en est équipée dès lors qu'elle dépasse la limite de vitesse de la route sur laquelle elle circule.

Pour connaître la limitation effective, l'AIV collectera les informations nécessaires directement via une caméra lisant les panneaux et un système de géolocalisation activé en permanence et connecté au service de cartographie.

Pour les modèles sans système de navigation, la géolocalisation se fera à l'aide d'une carte SIM et de sa balise GPS pour le système d'appel d'urgence eCall, un dispositif obligatoire pour tous les nouveaux modèles de véhicules depuis mars 2018

Généralisation de l’AIV en deux temps

L'AIV sera déployé sur les véhicules en deux phases. A partir de juillet 2022, l'AIV couvrira tous les nouveaux modèles de véhicules neufs vendus en Europe. Ces derniers en seront équipés.

Ensuite, en 2024, l’ensemble des véhicules qui sortent de la chaîne de production devront être équipés de ce système, même pour les modèles commercialisés avant juillet 2022.

Avec ce système, en a-t-on fini avec les excès de vitesse sur les routes ?

C'est en tout cas l'objectif de la mise en œuvre de l'AIV.

Une fois le système activé, l'AIV peut contrôler la décélération progressive de la voiture en réduisant la puissance disponible ou en « durcissant » la course de la pédale d'accélérateur si le conducteur roule à une vitesse supérieure à la vitesse attendue pour un environnement donné. Dans le même temps, si la vitesse autorisée est dépassée, un signal visuel et sonore alertera le conducteur.

Notez que le système sera actif à chaque démarrage du véhicule. Il fonctionnera comme une assistance, il pourra être désactivé à chaque démarrage de la voiture par le conducteur. Ainsi, le conducteur gardera toujours le contrôle du véhicule et pourra toujours "forcer" l'accélération.

Ainsi, même avec l’AIV activé, les excès de vitesse seront toujours possibles, mais la tâche sera moins évidente. Une autre solution est de le désactiver, mais on imagine déjà les problèmes vis-à-vis des compagnies d’assurances, par exemple, en cas d'accident, ils pourraient voir ce comportement comme un facteur aggravant.

Moins d’accidents liés à la vitesse avec ce limiteur obligatoire ?

C'est tout le problème. Les experts estiment que l'AIV pourrait réduire les accidents de 30 % et les décès de 20 %. Cependant, le conducteur gardera le contrôle de son véhicule et pourra désactiver le limiteur. Par conséquent, afin de réduire les risques d'accidents, il est également important d'adopter une posture correcte sur la route. Ceux-ci incluent : ralentir, respecter les feux rouges et éteindre son téléphone.

A propos de l'auteur

Frédéric Couturier

Frédéric est chef de produits freinage et embrayage chez ZF Aftermarket France

“le freinage est plus que jamais au coeur des véhicules électriques et c'est un challenge.”